Photographies 1994-2000
MJDiaz_expo02

Marie-Jésus Diaz, photographe indépendante, développe une grande partie de ses recherches actuelles en studio où elle élabore un travail de photographie en noir et blanc qui met en scène, dans un dispositif d’installations éphémères, des matériaux modestes métamorphosés et recomposés par la lumière, dans l’instant. Cette recherche s’organise par séries; chacune est constituée de variations photographiques sur un même thème et travaillée dans un esprit expérimental. Partant d’un panneau de papier tel qu’on en déroule en studio photo, la série Rideau (1994-1996) révèle des surfaces noires qui deviennent le théâtre d’une représentation inédite; ruisselants d’eau, éclaboussés de lumière à la prise de vue, ces pans de papier révélés dans l’instant de leur transformation constituent en soi l’écran et le spectacle. Ces images de métamorphose sont ensuite travaillées au laboratoire, révélant les noces souterraines de l’eau et de la lumière scellées dans un bain argentique. Journoir (1997-2000) est une série qui s’appuie sur la répétition et le dédoublement. La superposition décalée de plusieurs prises de vues de papier journal plié et déplié, froissé et disposé avec plus ou moins de liberté, produit des images aux accents géométriques, des plus stables aux plus dynamiques. Le travail de Marie-Jésus Diaz se concentre là-aussi sur la qualité révélée des surfaces qui, avec la complicité de la lumière maîtrisée et la complexité des prises de vue successives, propose à la lecture un Journoir abstrait et distancé.

Marie-Jésus Diaz expose son travail pour la première fois en Valais. Cependant, à l’occasion du 700ème anniversaire de la Confédération, elle a réalisé une série de paysages, Carrés du Valais, montrée dans l’exposition Voir la Suisse autrement organisée par le Musée de l’Elysée en 1991. Parallèlement à cette exposition, le livre Marie-Jésus Diaz, photographies 1994-2000 est paru aux éditions Les Imaginayres, Toulouse, 2001, dans lequel figurent, entre autres, les séries Rideaux et Journoir présentées dans l’exposition.

Marie-Fabienne Aymon

Dans le cadre de cette exposition
Soirée Regard, jeudi 7 mars 2002 à 20 heures
Le tour d’un monde en 80 photographies
Une invitation à découvrir l’histoire subjective de la photographie
par Robert Hofer, photographe