LA VIE EN GUYMAUVES
Mireille_Gros_LaVieEnGuimauve_2005

La Fondation Louis Moret présente une exposition de Mireille Gros au titre légèrement sucré, La vie en guymauves. Derrière cette suavité se trouve une artiste à l’énergie créatrice intense, en phase avec les manifestations les plus sensibles de la vie organique dont elle assimile les processus de croissance.

Le jardin de la Fondation Louis Moret a inspiré cette exposition. Il y a un peu plus d’un an, Mireille Gros y a pris une photo, une abeille plongeant dans le cœur de pollen d’une rose trémière très rose, qui est devenue la sérigraphie emblématique de ce projet poétique. L’abeille alourdie de nectar, la fleur saturée de lumière et les nervures roses ont rejoint le monde de Mireille Gros. Photographie, dessin, gravure, peinture, vidéo, l’artiste utilise tous les outils plastiques à sa disposition, sans hiérarchie mais en réponse intuitive à un contexte. Cette liberté ingénue l’autorise à mêler dessins à la pointe bille et aquarelle, papiers Rives et feuilles recyclées, empreintes de plantes et dessins linéaires au crayon, à actualiser une plaque de gravure par un encrage inédit au pigment exotique.

La démarche artistique de Mireille Gros est libre et gracieuse. Elle échappe à la pesanteur des conditionnements et cultive la disponibilité, se saisit du réel dans toutes ses dimensions, attrape le monde au passage et le transforme en langage de trouvailles. Et collectionne, en voyageant, des stylos à bille et à encre, des papiers, des pigments, des images inspirantes. Ainsi s’avance-t-elle, réceptive, innocente et savante, douée d’une intuition de la forme vivante, et comme elle, s’adaptant aux conditions de son environnement. Mireille Gros n’est pas déterminée par la volonté de s’ancrer dans les images, au contraire; relativement indifférente aux techniques traditionnelles et aux repères stylistiques, elle navigue au gré des souffles auxquels elle s’accorde.

Elle a cependant un solide parcours et beaucoup d’expérience. Qui l’autorisent à s’affirmer dans des lignes fines et incisives, des flaques d’eau colorées, des fleurs un peu pop aux éclats de pollen argenté, des tiges graciles, le fouillis et quelques images saturées. Mireille Gros assume la complexité autant que l’extrême simplicité et sait que, nées d’un plein – des collections d’images qui remplissent des dizaines de carnets, visibles dans la vidéo Mes 10 000 idées – ses images perdurent encore dans le presque rien. Une abeille chargée de pollen butine au jardin de Louis Moret; arômes et parfums, les dessins, la vie en rose, on dirait La vie en guymauves.

Marie-Fabienne Aymon